Enjeux

Enjeux environnementaux

Environnement Mauricie effectue une veille des principaux enjeux environnementaux de la région. Sa participation à plusieurs tables de concertation et comités sectoriels lui permet d’avoir une vue d’ensemble des priorités retenues par les intervenants du milieu.

Agricole
  • Documenter et assurer la qualité des eaux de surfaces et souterraines
  • Veiller à la santé des sols (coulées argileuses, glissements de terrain) par la promotion de pratiques et d’aménagements durables
  • Accompagner les entreprises agricoles pour assurer leur rentabilité
  • Améliorer la communication entre les intervenants du milieu
  • Encourager l’aménagement de bandes riveraines et leur entretien
  • Promouvoir l’implantation de haies brise-vent afin de réduire les effets de l’érosion des sols
  • Adopter des pratiques favorisant la cohabitation agriculture-faune en zone littorale au lac Saint-Pierre
Biodiversité
  • Appliquer la nouvelle réglementation de la Loi concernant la conservation des milieux humides et hydriques (projet de loi 132 – Qc) visant à conserver, restaurer ou créer de nouveaux milieux pour contrebalancer les pertes inévitables de milieux humides et hydriques et de planifier le développement du territoire dans une perspective de bassin versant en tenant davantage compte des fonctions de ces milieux essentiels
  • Maintenir de la qualité des habitats de l’orignal et de la martre d’Amérique
  • Protéger la fleur Aster à feuilles linéaires considérée comme espèce vulnérable que l’on trouve presque exclusivement à Trois-Rivières
  • Assurer un suivi de la prolifération des espèces exotiques envahissantes
Changements climatiques
  • Augmentation des phénomènes climatiques extrêmes : feux de forêt, inondations et précipitation, chaleur accablante, etc.
  • Migration d’espèces faunique et floristique
  • Difficulté dans la réalisation de pratiques agricoles (ex. : préparation des terres et semences, impact sur la croissance et les récoltes, changements dans les périodes de repos des terres durant l’hiver, etc.)
  • Hausse des glissements de terrain et de l’érosion des berges
  • Dommages sur les infrastructures existantes (ex. : immeubles, routes, ponts, système d’approvisionnement en eau potable, station de pompage, réseaux de collecte des eaux pluviales et usées, réseaux d’approvisionnement en électricité, etc.)
  • Pressions sur les capacités des services municipaux (ex. : services d’urgence, collecte et gestion des matières résiduelles, déneigement, déglaçage des voies piétonnes, entretien des parcs et espaces verts, etc.)
  • Impacts sur la santé publique (ex. : hausse des taux de morbidité, mortalité et stress social et mental, etc.)
Développement durable
  • Améliorer la vitalité sociale, économique et du capital humain
  • Réduire l’étalement urbain qui cause une augmentation des besoins en infrastructure, en plus d’occasionner des pertes des milieux
  • Accroître la population en favorisant la rétention des Mauriciens et l’attraction de nouveaux résidents
  • Favoriser l’accès à des services de télécommunication efficients (internet haute vitesse) sur l’ensemble du territoire
  • Mieux intégrer les personnes en situation de pauvreté et/ou d’exclusion sur les plans social et professionnel
  • Valoriser et développer l’engagement citoyen
  • Identifier et promouvoir les produits et services locaux
  • Intensifier la diversification de l’économie, notamment au sein des secteurs porteurs et d’avenir
  • Susciter des maillages entre les centres de recherche, les établissements d’enseignement et les entreprises
  • Faciliter la cohabitation entre les différents utilisateurs du territoire de la Mauricie
  • Développer une culture de formation continue pour améliorer la qualification de la main-d’œuvre
  • Promouvoir la persévérance et la réussite scolaire, de même que le retour aux études
  • Soutenir le développement de l’entrepreneuriat éducatif
  • Encourager la conciliation travail-famille-vie personnelle
  • Veiller au maintien et au développement des commerces et services de proximités
  • Préconiser une gestion intégrée des ressources
  • Dynamiser l’action communautaire dans le domaine social, culturel et de loisir
  • Implanter et intégrer les principes des 3R-V (réduction à la source, réemploi, recyclage et valorisation des matières résiduelles)
  • Protéger et mettre en valeur les paysages et le patrimoine bâti
Eau
  • Protéger les nappes phréatiques exploitées pour l’approvisionnement en eau potable
  • Poursuivre la surveillance de la qualité de l’eau des principales rivières (programme Réseau-rivières)
  • Surveiller la contamination des sols par les industries chimiques et l’utilisation de pesticides et d’herbicides par les activités agricoles qui mettent à risque la qualité des eaux souterraines et de surfaces
  • Sensibiliser les propriétaires fonciers et les décideurs municipaux de la réglementation sur les bandes riveraines et le rôle essentiel qu’elles jouent (ex. : prévention de l’érosion des sols, création d’habitat fauniques, filtration des nutriments dans les sols et l’eau, etc.)
  • Diminuer la présence de murets riverains artificiels (béton, enrochement, etc.) qui nuisent aux habitats fauniques
  • Entretenir les aménagements des bandes riveraines pour assurer leur vitalité
  • Assurer la mise aux normes des dispositifs d’évacuation et de traitement des eaux usées des résidences isolées (fosse septique conforme)
  • Réduire, voire éliminer, l’utilisation de sels de voirie en hiver en utilisant des alternatives qui ne compromettent pas la qualité des eaux de surface et souterraine
  • Protéger et mettre en valeur les milieux humides et hydriques
  • Préserver la biodiversité aquatique
Fleuve Saint-Laurent
  • Améliorer la qualité de l’eau du lac Saint-Pierre et de ses tributaires afin de permettre la régénérescence des écosystèmes exceptionnels
  • Intégrer une gestion des rives, du littoral et de la pleine inondables
  • Rendre accessible le fleuve et le mettre davantage en valeur
  • Conserver les milieux naturels, notamment pour favoriser la croissance des populations de perchaude
À consulter
  • Les données de qualité de l’eau de plus de 700 rivières sont désormais accessibles au public. Ces données ont été récoltées au cours des 15 dernières années par l’équipe de recherche du professeur Stéphane Campeau du département des sciences de l’environnement de l’UQTR. Avec plus de 1200 points de mesure au Québec et en Ontario, vous pouvez constater quelle est la qualité de l’eau de la rivière près de chez vous!
Matière dangereuse
Matière résiduelle

La Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie (RGMRM) est l’instance responsable des lieux d’enfouissement techniques (LET) de Saint-Étienne-des-Grès et de Champlain. Les MRC et villes de Trois-Rivières, Shawinigan, des Chenaux, Mékinac et Maskinongé en sont les propriétaires ce qui confère à la RGMRM un statut d’organisme public supramunicipal. L’Agglomération de La Tuque utilise ces installations à titre de client.

  • Atteindre les cinq objectifs de la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles :
    • Ramener à 700 kilogrammes par habitant la quantité de matières résiduelles éliminées, soit une réduction de 110 kilogrammes par habitant par rapport à 2008
    • Recycler 70 % du papier, du carton, du plastique, du verre et du métal résiduels
    • Recycler 60 % de la matière organique putrescible résiduelle
    • Recycler ou valoriser 80 % des résidus de béton, de brique et d’asphalte
    • Trier à la source ou acheminer vers un centre de tri 70 % des résidus de construction, de rénovation et de démolition du segment du bâtiment
  • Bannir de l’enfouissement l’ensemble des matières organiques d’ici 2020
  • Sensibiliser et responsabiliser les générateurs de matière : citoyens, industries, commerces et institutions
  • Trouver des solutions pour faciliter l’implantation de la collecte résidentielle des matières organiques selon les différentes réalités territoriales (milieu urbain/milieu rural)
  • Favoriser l’acceptabilité sociale du compostage en considérant l’épisode négatif vécu à Saint-Luc-de-Vincennes au début des années 2000
Sol contaminé

La Mauricie, à l’instar d’autres régions, doit poursuivre ses efforts pour se relever de l’héritage de l’ère industrielle sur laquelle son développement économique s’est appuyé pendant plus d’un siècle. La présence de contaminants dans les sols est toujours préoccupante, de même que l’existence des dépotoirs illicites.

Transport
  • Améliorer la performance, la fiabilité et l’accessibilité du transport collectif
  • Réduire les pratiques encore majoritaires de l’auto solo
  • Privilégier des infrastructures facilitant le transport actif (vélo, marche, patins à roulettes, etc.) et encourager sa pratique
  • Sensibiliser les utilisateurs de l’importance d’un partage harmonieux de la route
  • Optimiser la gestion du stationnement et encourager la création de stationnements incitatifs intermodaux
  • Instaurer une navette de transport collectif pour la liaison Trois-Rivière/Shawinigan